[Notes] « Quelle valeur sociétale créée par les associations ? » conférence organisée par l’Institut français du monde associatif

📅 le mercredi 16 novembre, de 9h à 11h30

💡 Basé sur les travaux de l’Institut et sur le double témoignage de chercheurs et d’acteurs associatifs, cette conférence aura pour objectif de répondre à un besoin de connaissance structurant : comment qualifier, évaluer et rendre compte de la création de valeur par les associations ?

➡️  Ont été abordées notamment deux grandes thématiques sociétales :

🔸 La contribution des associations face à la crise climatique

🔸Le fait associatif face au défi de l’accueil des personnes exilées

Animation par Floriant Covelli, délégué général de l’Institut français du Monde associatif.

Avec le soutien de la Fondation Crédit Coopératif, d’In Extenso, de la Métropole de Lyon, et d’ENGIE Solutions France (Engie People’s Lab).

👥 Intervenants 👥

👥 Yannick Blanc, Président de l’Institut français du Monde associatif

  • 4000 travaux de recherches recensés dans le base de données de l’IFMA
  • enquêtes sur les besoins des acteurs associatifs menés par l’IFMA pour identifier les enjeux à explorer
  • 23 projets de recherche financés et soutenus par l’IFMA
  • La création de la valeur, la valorisation s’est rapidement imposé comme un besoin de connaissance pour les associations → car il y a une pression mise sur les association sur l’évaluation de leur impact
  • Qu’y a-t-il derrière cette idée de valeur sociétale?
    • Le poid et l’effet de levier du fait associatif dans le société (production du lien social, de l’intérêt général)
    • les associations sont depuis longtemps des acteurs de terrain et de pointe dans l’innovation sociale (ex: recherches sur les maladies orphelines) car ce sont les premières structures à prendre la parole et à mener le changement sociétal
    • Comprendre comment les sociétés évoluent dans leur rapports à leur territoire → les acteurs locaux se rendent compte aujourd’hui que les acteurs associatifs ont un rôle clé à jouer
    • S’interresser au mode de fonctionnement des association:
    • les modes de prises de décision, de gouvernance, de partage, de faire-ensemble déterminent ce qui compte pour les association
    • on se réfère à la fois aux valeurs et à la valeur
    • Groupement de recherche sur la valorisation (GREUS): www.greus-lab.fr

👥 Laurent SIMO, Directeur national Economie Sociale, In Extenso Economie Sociale

👥 Anne ARCHAMBAULT, ENGIE Solutions France (Engie People’s Lab) en remplacement de Valérie Gaudart, Directeur Écosystème et culture pour l’innovation, ENGIE Solutions France

  • capacité à accompagner le changement via les associations

👥 Florestan GROULT, Vice-président de la métropole de Lyon délégué à la politique sportive, à la coordination des animations sportives et associatives

  • Nouvelle fabrique le l’action publique avec les associations en triptique avec les politiques et les chercheurs
  • Vigilence que la redevabilité demandée aux association n’étouffent pas leur action
  • Valeur humaine non-quantifiable

👥 Camille Hamidi, Professeure de science politique, Université Lumière Lyon 2

  • Exilé : terme plus neutre que ‘réfugié’ ‘demandeur d’asile’ utilisés par les médias et qui ne s’applique pas à la majorité des personnes
  • La plupart des personnes restent et sont régularisées au bout de 10ans
  • La focalisation sur les demandeurs d’asile et une logique de soupçon a été instauré par les politiques d’accueil qui n’acceptent pas l’accueil économique vs. accueil politique fondé sur la vision occidentale des droits de l’homme
  • role des associations : dès les années 1920 les personnes déplacées sont prises en charge de manière ‘artisanale’, dans les années 1970 un dispositif d’accueil est créé à l’initiative et sous l’égide des associations (France Terre d’Asile)
  • Au fur et à mesure où les demandes augmentent et les accueils diminuent, l’état décide que les associations ne font pas assez bien leur travail, et en 2003 l’OFI est créée et fait intervenri les assos en tant que prestataires de l’action de l’Etat → ça créé des frustrations
  • sur la diversité des associations (80% des association n’ont pas de salariés) ; beaucoup de collectifs se créent sans se constituer en association ; des types de rôles différents (lieux de militantisme vs. lieux de nouveau management publiques)
  • on ne peut pas dire que les associations ont perdu leur pouvoir de contestation → il y a toujours des tentatives (discrètes ou plus explicites) en fonction du positionnement des associations
  • Evaluation de la valeur créée: souvent les assos qui interviennent dans le secteur social sont méfiantes car il est difficile d’évaluer les effets ‘humains’ (⚠️ le témoignage ⚠️)
  • Les éléments quantitatifs ne sont pas adaptés aux actions des associations (ex: combien de personnes accompagnées)

💡on pourrait rapporter l’efficacité des actions par rapport à ce qui se serait passé si elle n’avait pas eu lieu

  • une évaluation sur les process vs. les résultats comparé à si l’action n’avait pas eu lieu
  • Depuis 2012 plus d’argent données par le biais des déductions fiscales d’entreprises privées que par des subventions d’état → une critique du mécénat
  • Les pouvoir publiques ont tendance à renouveler les financements déjà attribués
  • Quelle différence entre l’audit et l’évaluation ?
    • Que serait pour nous une action efficace pour atteindre notre objectifs ?

Programme de recherche de l’IFMA : Comment nourrir les méthodologies évaluatives mises en oeuvre dans le monde associatif?

👥Lionel POURTAU, Directeur Général de la Branche Urgence d’Habitat et Humanisme

  • DNA dispositif national d’accueil : l’OFI décide quand les personnes rentrent et quand elles sortent
    • cela déleste les associations de ce poids de décision de qui est lis à la rue
  • l’épisode de la jungle de Calais : à l’époque il y a avait 40 000 places dans le DNA, aujourd’hui il y en a 160 000
  • n’apparaissent pas dans les statistiques les association qui ont des fonds propres ou qui sont financées par l’état qui leur demandent de ne pas trop regarder le statut juridique des bénéficiaire → des injonctions parfois contradictoires
  • les politiques publiques n’ont pas les moyens de piloter les associations et cela laisse une marge de maneuvre → les assos arrivent à transformer les politiques publiques en ce que les politiques ont besoin des assos
  • Il y a un double discours sur le terrain car les assos, l’état parlent à différents publiques et doivent satisfaire plusieurs intérêts
  • Les associations gagnent à conserver ce flou
  • En matière d’évaluation d’impact, il est sacré que les associations subventionnées rendent comptes aux financeurs
  • Fonds privés : mécénat (entreprises) + don (individus)
  • Dans l’écosystème il est important d’aller voir ceux qui font mieux que nous et de mettre en place un transfère de compétences
  • Réhabiliter la question de l’évaluation : dialoguer avec les partenaires → objectif de voir ce qui est le plus efficace pour les publics pour lesquels on travaille
  • La diversité des ressources financières permet de conserver une liberté d’action
  • les associations qui obtiennent des financements européens recrutent des profils hyper-spécifiques sachant remplir des dossiers admin lourds
  • Plusieurs contradictions: Comment mesurer le non-mesurable ? Comment évaluer efficacement sans crever le budget du projet qui a vocation à aider des personnes ? Comment les associations doivent coopérer alors qu’elles sont en concurrence (assos sérieuses vs. pas sérieuses et assos collaboratives vs. assos militantes)?

👥Guillaume Février, Guillaume Février, Directeur du CPIE Belle Ile en Mer – Maison de la Nature

  • 80 CPIE en France
  • objectif pédagogique et accompagnement des territoires pour améliorer l’équilibre environnemental (écoles, agricoles, etc.) facilitation territoriale → diversité d’acteurs sur un territoire pour répondre aux enjeux locaux par le biais de projets de recherche-action
  • aller vers les modèles socio-économiques transformateurs des territoires
  • souplesse et réactivité des assos vs. les collectivités et les entités territoriales
  • implication dans des réseaux associatifs pour avoir une voix dans les décisions
  • R&D territoriales : qu’est-ce que l’on fait, qu’est-ce que l’on sait faire, et comment on le porte ? → la recherche pourrait aider les associations à comprendre quel est leur valeur ajoutée et la mettre en avant
  • la culture de l’évaluation au sein de l’association → savoir se regarder, changer les curseurs méthodologiques et savoir raconter les choses (quel mise en scène, quel enchaînement des événements qui )
  • problème de l’immatérialité vs. la matérialité : les financeurs évaluent les productions matérielles
  • problème de la logique d’appel à projet : revenir vers les financements de fonctionnement
  • problème de l’essoufflement du bénévolat : comment évaluer un projet par rapport à sa capacité à mobiliser les ressources humaines sur le long-terme ?
  • Comment évaluer l’énergie citoyenne des associations ?
    • Création de groupes locaux suite aux événements organisées par les assos (conférences/débats)
  • DLA dans les associations pour aiguiller les actions : https://travail-emploi.gouv.fr/emploi-et-insertion/accompagnement-des-mutations-economiques/appui-aux-mutations-economiques/article/dispositif-local-d-accompagnement-dla

👥 Julie Riegel, Anthropologue, UMR PACTE, Université Grenoble Alpes

  • l’apport des associations face à la crise climatique sur 4 axes contributifs : élaboration et diffusion de connaissances scientifiques par les réseaux de bénévoles ; rôle de contre-pouvoir et de lanceurs d’alerte par ; montée d’une démocratie environnementale et participative ; relai de mouvements citoyens non-structurés et délégitimées ; statut juridique vers la formation de coopératives ; réseaux multi-échelles (ex: association terre de liens) associations + coopérations + fondations
  • ⚠️ méthodes basées sur le sensible et la narration : mettre en récit par des approches narratives les désirs de futurs et comment les pratiques narratives peuvent accompagner les processus de transformation dans les territoires 😀 💪

Conclusion

  • 5 décembre à Paris (FIAP) : 1ère rencontres nationales de l’IFMA

[Webinar] 04.10 – Introduction au community building par MakeSense

🏡Présentation de MakeSense

10 ans d’existence + présence dans le monde : Afrique, Amérique Sud, Europe

Objectifs : Accompagnement d’entrepreneurs sociaux

  • mission d’outiller les citoyens, les entrepreneurs sociaux, des institutions autour de la notion de communauté, juste, inclusives et durable
  • essaimer des bonnes pratiques —> écosystème, créateurs de lien 🙂

Expertise :

  • incubateur + fonds d’investissement + intra-preneuriat + programme sprint pour des projets à impact à la recherche de cadre + accompagnement de mouvements de communautés citoyennes
  • Ce qui a bien marché : consolidation de connaissances et partage
  • conviction : tout le monde peut apprendre à engager autour de soi
  • la posture de responsable de collectif, ça s’apprend

💬 Qu’est-ce qu’une communauté?

un groupe personnes engagées autour de valeurs communes, d’un projet commun, qui se réunissent pour créer ensemble, unies par des conditions semblables et qui ont des besoins communs, pour se mettre en action collectivement

👉 pour pérenniser une communauté il faut :

  • un sentiment d’appartenance (rituels)
  • une action commune et des connexions entre les membres
  • pouvoir contribuer et être valorisé

👉 plusieurs types de communautés existent typologie des membres :

  • communauté de collaborateurs.rices en interne (ex: eco-work entreprise)
  • communauté de pratiques, de partenaires, d’experts (ex: future of waste)
  • communauté de marques et de consommateurs (ex: Doctolib)
  • communauté d’engagement de bénévoles ou de loisirs (ex: Ré-action, programme lancé par MakeSense)

👉 il y aussi des communautés par type d’objectifs:

  • favoriser la collaboration des parties-prenantes d’un même secteur pour mieux travailler ensemble (ex: labelvie)
  • maximiser le passage à l’action (ex: wwf)

👉 Communautés expérimentés par MakeSense

  • apprendre en marchant
  • aller de petite étape en petite étape
  • suivre ses intuitions: faire, tester, réajuster —> les besoins sont aussi évolutifs
  • s’intéresser à d’autres collectifs, faire partie de plusieurs communautés pour s’inspirer, s’entraider

🚀 Étapes pour lancer une communauté

✅ Embarquer, créer des liens forts! aller chercher des personnes motivées comme nous sur les sujets qui nous tiennent à cœur, repérer les parties prenantes et y aller un à un, faire en sorte que nous soyons un peu au centre, la création de lien humain est essentielle pour la formation du noyau dur

✅ Rassembler les gens, faire se rencontrer les gens, un apéro, une visio, faire émerger les raisons et les envies d’être et de faire ensemble, quel est le rêve commun et quelles sont les valeurs sur lesquelles nous souhaitons nous baser ? comment ces valeurs vont-elles s’incarner? créer un cadre pour ce collectif

✅Tester les premières actions, commencer par montrer l’exemple, inviter des personnes sur les réseaux sociaux à rejoindre le mouvement

✅ Favoriser les connexions pour que les gens se parlent sans être toujours l’entremetteur, se retirer du centre, identifier et clarifier les rituels qui puissent vivre sans tout le temps rappeler, motiver, rassembler, faire appel aux membres engagés pour déléguer des tâches et ainsi les valoriser et leur investissement

✅ Proposer des sessions de bonnes pratiques, préparer des kits, d’archiver et documenter les connaissances communes et faciliter le passage à l’action des nouveaux membres

✅ Quels sont les différents rôles à proposer à différentes personnes? Quels parcours formaliser pour les nouvelles personnes qui rejoignent le collectif?

✅ Toujours possible de revenir en arrière sur une étape, objectif de ne plus avoir besoin de rappeler les règles, d’animer, de recruter, de structurer

🧠 Bon à savoir

  • 10% des collectifs sont des membres actifs
  • “c’est une communauté que j’ai initié mais qui ne m’appartient pas”
  • quand ça stagne, ne pas hésiter à revenir à l’étape 1 et ré-évaluer les besoins, les évolutions possibles

Question : Comment garder le lien en sortant des conversations ?

  • organiser des événements dans la vrai vie
  • discuter avec les gens pour garder un lien personnel

💡Ressources:

  • webdoc “points communs” réalisé par MakeSense
  • campagne #gangster du bien

[Notes] EU R&I Days (09/2022)


🔖 Program

🌱 Framework conditions for innovation

🗓️ 28 september 2022

🕚14:45-15:30(GMT+02:00)

  • Framework conditions : regulations to balance the need to protect and the need to innovate
  • Deep Tech Innovations + Green Transition calls for a more responsable framework and adaptable regulations
  • Discussion between public authorities, private innovators and eu representatives

Do we need expertimentation spaces for testing innovations ?

Ana Barjasic, Board Member | European Innovation Council

  • main beneficiaries are innovators, policy makers and investors
  • reduces project risk, help for commercializing innovation
  • but not all innovators have access to theses spaces → ressources and access must b
  • policy makers can also benefit → testing solutions for smart procurement (ex: swedish national test beds?)
  • challenge making things happen on an EU level: ⚠️ launch of govtech incubator next year to foster cross-border collaboration ⚠️
  • risk is reduced for potential investors
  • consumers can also test innovations in a controlled environment and
  • behavioral science used to

Peter (?)

  • EU has good regulations that make the playing field level for innovators
  • Need to foment more entrepreneurship in every sandbox
  • Favor young people in innovation ecosystems

How can innovation procurement facilitate uptake of innovations?

Michael Dritsas, Head of Cabinet Office of the Dep. Minister (Dr Dimas) | Ministry of Development and Investments

  • National startup registry Elevate Greece + National Competence Center
  • Networking and collaborations with the public sector and EU entities

Nathalie Berger, Director – Directorate B support to reforms to MS | European Commission – DG REFORM

  • Technical Support Instrument → tool linked to the EU Next Generation
  • Policy support instrument used with the technical support instrument are meant to work together either simultaneously or in succession
  • We provide technical support to the design and implementation of reforms in all areas of the economy including R&I
  • The support is available on request to member states through the instrument

🚀 From lab to market: connecting research, technology and innovation

🗓️ 29 september 2022

🕚11:00-11:45(GMT+02:00)

Nektarios Tavernarakis, Chair of the EIT Governing Board | EIT European Institute for Innovation and Technology

  • EIT Governing Board : success built on sustainable business in Knowledge and Innovation communities (industries, researchers, and innovators)
  • Master and PhD training programs + support to start-ups and “unicorns” (ex: INSEP in France)
  • partnership with other EU complementary programs : ERC + EIC (?) other Horizon Europe instruments
  • fastr track mechanism for start-ups in place
  • European Innovation Agenda : deeptech needs new skills
  • EIT mandated to lead flagship measure to foster next generation skills : synergies between EU funding schemes (Marie Curie Fellowships + ERC + EIC + EIT)

Maria Leptin, President | European Research Council

  • Researchers know what they are doing → knoweldge is out there and giving researchers freedom to follow their scientific dreams pays off (ex: covid vaccine)
  • Funding basic curiosity-driven research is important : complementarity between basic and applied science
  • ERC grants support broad exploration
  • EIC Proof-of-Concept grants help testing solutions by ERC grantees
  • ERC funded work is highly cited in patents and journals

Mark Ferguson, Chairman of the Board | European Innovation Council

  • complementarity ERC + EIT + EIC : from great ideas to successful products through accelerator program for start-ups to scale up
  • ERC supports basic research —> can lead to commercialisation —> EIT transition program —> EIC accelerator program
  • Program to provide internships to EIC + EIT + Maria Sklodowska grantees to work in startups
  • Gender initiatives through all three programs to promote more women in tech & innovation

Jose Capmany, Professor | Universtitat Politecnica de Valencia/ iPronics Programmable Photonics

  • Photonic processor received ERC advance grant
  • ERC grant is more flexible than

🎓 Education and innovation for skills development: empowering the next generation

🗓️ 29 september 2022

🕚11:00-11:45(GMT+02:00)

Klavdija Kutnar, Rector – University of Primorska (Slovenia)

  • Context: New strategy for european universities
  • Life-long learning key for EU vision
  • hard to make big changes for a young, small university —> Internationalization strategy (45 differernt countries)
  • member of Innovative Higher Education Institutions Network

Tiziana Lippiello, Member | European network of Innovative Higher Education Institutions

  • need to value our cutural heritage and combine it with innovation (upscale + new competencies for students)
  • within the european alliance, work is done on european values and exchange good practices, we should do more to include students
  • there should be more inter-government dialogues and alliances between programs
  • change mindset from competitive to callaborative
  • synergies between vocation schools and higher education institutions —> combine EU funds with national funds

Mariya Gabriel, Commissioner for Innovation, Research, Culture, Education and Youth

  • closer the higher education and innovation systems are, closer we are to achieving our goals
  • 44 EU university alliances exist —> they have more sustainable funding —> this momentum has to be used
  • 3 other flagships : european degree + innovation agenda —> we need to take up the pace
  • status of eu alliances : european network of european universities —> open up to regional universities
  • alliances used to stay amongs themselves —> they need to work together
  • 6 alliances created a common incubator for rural areas in Spain
  • Euoprean innovation agenda : new training scheme for researchers to go into companies and companies get access to data through researchers
  • we need common initiatives between alliances to drive these funds and innovative tools

🧪 Enhancing trust in science: a conversation with researchers

🗓️ 29 september 2022

🕚14:00-14:45(GMT+02:00)

Angela Liberatore, Head of the Scientific Department | European Research Council

  • ERC grants allow scientists decide what to work on (academic freedom)
  • Spoiler alert : Citizen Science event on December 7th 2022
  • Bringing research to the public : European researcher’s night in 25 countries !

Tomomi Fushiya, Associate professor | University of Warsaw

  • Collaborative archeaologie, meeting point for researchers and the public
  • science communication focused on archeology to gain trust in local communities → misunderstanding in broadcasting scientific knowledge since colonialism
  • integrated community knowledge into science methodology
  • public engagement award

Aurélie Lacroix, Senior Scientist II | Sixfold Bioscience

  • cancer research
  • joined company as a Marie Curie Sklodowska felllow
  • Pint of Science + science jounralism degree + PhD

Gian Maria Greco, Board Member (MCAA) and Senior Research Fellow (UniMC) | Marie Curie Alumni Association (MCAA) and University of Macerata (UniMC)

  • accessibility studies in communication + media for diverse public in terms of culture, language, (dis)ability → form over content
  • Communication working group of the Marie Curie Sklodowska alumni assocation

Jacob Sherson, Center for Hybrid Intelligence, Aarhus University

  • Science at home → natural science challenges that were turned into games that the general public participated in
  • Another set of games were Social Science based (ex: cognitive profiling in a democratic way)
  • Hybrid intelligence + Games for Good : public engagement + democracy

Benefits & challenges of bringing research to society ?

Jacob Sherson

  • Concrete problems have been solved by citizen engagemetn in science
  • Citizen science has a set of core values that are important for the future of research : openness, transparency, etc.
  • Human-centered AI solutions are hard to create → citizen science has a unique sense of value for every participant, it creates meaning

Tomomi

  • archaeology is being challenged today about its colonial history
  • social responsibility for researchers working in the field is to connect with local communities

What are your motivations for doing citizen science ?

Aurélie

  • as a scientist, citizen science made me feel more useful for the community → for scientists there is a lot to gain
  • discussions with patient associations are very important for the health field to counter-balance the data driven approaches
  • outreach helps the public make informed decisions
  • there are many scientists present at outreach events → need to diversify to really reach citizens accross groups

What can be done to improve engagement ?

Jacob Sherson

  • building bridges to engage with citizens
  • projects should be valued in terms of impact and not in terms of potential publication
  • using games, we can generate crowdsourced opinion on a large number of society issues

Tomomi

  • archaelogy has been doing science communication for a long time (museums, guide books, etc.) but outreach for engagement of local communities is not so common
  • a lot of cultural knowledge has been accumulating for generations that deserves to be integrated into scientific communication

Aurélie

  • create trust, not only convey information to an audience → often missing for now
  • talking to people who are less aware of science through community-leaders who can be vectors for information
  • making science more inclusive and diversifying our tools to improve the honesty around the scientific method

Gian Maria

  • trust in science or faith in science ?

How do we respect citizen demands for better information, while acknowledging years of peer review and quality control in research processes ?


EU Mission on Cancer: focus on needs of young cancer survivors

🗓️ 29 september 2022

🕚14:00-14:45(GMT+02:00)

Rob Pieters, Chief Medical Officer | Princess Máxima Center for Pediatric Oncology

  • treatments for cancer vary depending on age group
  • focus groups have been created for survivors of specific cancers to gather data about quality of life to adapt threatments
  • survivors are key to understanding side-effects of treatments on the long term
  • understanding the difference between individuals and how they react to treatments and long-term toxicities according to genetic profiles

Carina Ferreira-Borges, Regional Office for Europe | WHO

  • investment to ensure correct information is given to health care providers
  • cultural insights shoul dbe used to help health care providers to understand youth cancer
  • networks should be created to support prevention efforts, enabling environments for youth survivors and more protective policies (psycho-social support)
  • WHO has seen inequalities in access to cancer treatments

Tiago Costa, Patient Advocate | Childhood Cancer International – Europe (CCI-E)

  • engagment with survivors and youth networks must be increased in european projects
  • long-term follow-up and hte socio-economic rights of surviviors
  • upcoming conferrence on young cancer survivors

Summary

→ not forgetting care-givers

→ long-term follow-up (tools + infrastructure)

→ cancer survivors must be involved

→ address inequalities

→ new treatments need to be discovered

→ mental health needs to be addressed

→ ⚠️ next year: conference on how to address the needs ot cancer survivors ⚠️

[Notes] Inauguration de Recherche Data Gouv, un écosystème au service du partage et de l’ouverture des données de recherche

La plateforme Recherche.data.gouv.fr, pierre angulaire de la politique nationale d’ouverture des données de la recherche formalisé par le second Plan National pour la Science Ouverte, a été inaugurée le 8 juillet 2022. Voici quelques notes prises lors de l’événement.

Voir le replay : https://www.canal-u.tv/chaines/rdg/inauguration-recherche-data-gouv-un-ecosysteme-au-service-du-partage-et-de-l-ouverture

Les interventions successives au cours de l’événement ont présenté les enjeux de l’ouverture des données de la recherche et la volonté des pouvoirs publics d’apporter du soutien et de répondre aux besoins des communautés de recherche. Des représentants de structures porteuses de plateformes labellisées ont aussi été invités à partager leurs retours d’expérience, servant d’exemples de raccord entre des initiatives locales et le projet d’infrastructure national qu’est Recherche.data.gouv.fr.

Mot d’accueil et contextualisation

La présidente de l’université Paris Cité, Christine Clerici, a introduit la séance en rappelant les principaux enjeux de la science ouverte, en insistant sur le renforcement du lien science-société et l’augmentation de la capacité à produire une recherche originale et disruptive.

L’accroissement de l’accessibilité et l’ouverture sont également nécessaires à l’amélioration de la qualité, de l’efficacité, de la transparence, et de l’éthique de la recherche et de l’innovation.

Elle est ensuite revenu sur certains éléments de contexte liés à l’implémentation de la science ouverte sur la plan national. Malgré des complexités disciplinaires connues qu’il s’agit de vaincre, la science ouverte bénéficie à la fois d’une volonté nationale, institutionnalisée depuis la mise en place du CoSO, et d’un soutien européen.

S’appuyant sur l’expérience de l’INRAE en matière d’entrepôt de données et visant à rejoindre le travail mené au sein de l’espace virtuel européen de gestion des données de la recherche European Open Science Cloud (EOSC) Portal, la nouvelle plateforme Recherche.data.gouv est une plateforme unique et simple destinée à recevoir l’ensemble des données issues de la recherche publique.

C’est un outil devant faciliter l’organisation et la sauvegarde au quotidien du tournant numérique de la recherche. Il doit permettre aux chercheur.e.s d’œuvrer sereinement tout en veillant à leur souveraineté numérique.

La piste d’une future mutualisation des infrastructures afin d’arriver à joindre Recherche.data.gouv avec d’autres initiatives telles le Health Data Hub a été émise.

Présentation générale de la plateforme (vidéo)

La plateforme Recherche.data.gouv répond au besoin manifesté par les communautés de recherche en matière de soutien à la gestion des données, qui représente une charge de travail critique pour les chercheur.e.s.

La plateforme est structurée en 5 piliers :

  1. Les Atelier de la données : services labellisés à proximité géographique des laboratoires de recherche.
  2. Les Centres de référence thématiques qui diffusent des bonnes pratiques et des standards
  3. Centre de ressources qui proposent des services en ligne et des formations
  4. Catalogue de données pour le repérage et le signalement des données afin de les relier à d’autres entrepôts ouverts
  5. Entrepôt pour toutes les données de la recherche

Un grand pas pour la politique publique de la donnée

La séance s’est poursuivi avec l’intervention de Laure Lucchesi, Directrice d’Etalab qui a qualifié
Recherche.data.gouv de “grand pas pour la politique d’ouverture et de partage de données publiques”. Elle rappelle que cette politique existe depuis une dizaine d’années, mais qu’elle connaît un coup d’accélérateur en 2021 avec la circulaire demandant de nommer des administrateurs de données, des codes sources et des algorithmes dans les ministères et de porter des feuilles de route ministérielles et une gouvernance interministérielle.

Les liens entre la recherche et les politiques publiques sont mis en avant, notamment avec le constat que la politique open data grand public s’est beaucoup inspiré de la démarche et des pratiques de la recherche en science ouverte. En effet, les données publiques sont mises à disposition en reprenant les capacités d’évaluation, d’analyse et de remise en question dans un esprit de transparence en vue d’une amélioration de la reproductibilité des actions du gouvernement.

Outre sa vocation à devenir un hub sectoriel pour les données de recherche, la mise en place de la plateforme Recherche.data.gouv matérialise une vision d’écosystème et de co-construction portée par les acteurs y prenant part.

Quelques enjeux clefs de la plateforme sont évoqués comme la création de valeur économique et sociale et le maintient du leadership de la France en matière d’Open Data.

Retours d’expériences des porteurs de projets labellisés

Suite aux premières interventions, l’événement s’est poursuivi avec une série de retours d’expériences de la part de plusieurs porteurs de projets labellisés ayant intégré la plateforme Recherche.data.gouv.

Le projet dat@UBFC / dat@OSU

Sylvie Damy, maîtresse de conférence à l’université de Bourgogne-Franche-Comté, porteuse du projet dat@UBFC et co-porteuse du projet dat@OSU a fait des retours concernant ce projet labellisé d’accompagnement à la diffusion des données de recherche devenu portail de l’université Bourgogne-Franche-Comté : Dat@UBFC.

Après un mot sur la trajectoire professionnelle et le contexte institutionnel dans lequel est né ce projet, Sylvie Damy a insisté sur le rôle structurant des communauté autour des outils et des données pour la concrétisation du projet, notamment le réseau bases de données du CNRS, le collectif Bancariser Ensemble les Données (BED).

Les structures métiers ont été importantes pour le partage de bonnes pratiques et la remise à niveau de différents publics, ce qui a finalement permis la mise au point d’un outil de création de bases de données, qui a débuté comme un projet de mise en exposition des données.

Le point d’accroche pour les chercheur.e.s se fait par le biais de la valorisation de leurs données qui seront d’autant plus accessibles et réutilisables qu’elle seront ouvertes. Ouvrir ses données c’est mettre en place des bonnes pratiques pour l’amélioration de la qualité des données et la publication des données vaut publication et donc reconnaissance pour les carrières des chercheurs.

La COMUE UBFC a demandé d’étendre le portail aux sept établissements qui la composent. Développement de services d’accompagnement, de sensibilisation et de formation. Travail avec les services communs de documentation. Nouveau portail ouvert début juillet 2022.

Sylvie Damy souligne que le travail en équipe a été décisif pour mener à bien ce travail.

La plateforme Open Data de l’INRAE

Carole Caranta, directrice générale déléguée Science et innovation de l’INRAE, est intervenu sur l’engagement de l’INRAE de longue date dans la science ouverte désormais intégré au plan d’action. Cet engagement ne s’arrête pas à la diffusion des données de recherche mais aussi à l’ouverture de la recherche à la société et sur les écosystèmes de l’innovation ouverte.

Depuis plus de 15 ans, l’INRAE travail avec les problématiques techniques et de compétences pluridisciplinaires lié au “déluge” de données environnementales. Contribuer à Recherche.data.gouv fait partie des actions phare du plan d’action de science ouverte.

Contribuer à la plateforme Recherche.data.gouv est une opportunité pour l’INRAE de :

  • développer des services plus riches et évolutifs par la mise en place d’une sécurisation plus robuste,
  • mettre en place l’adoption de bonnes pratiques au sein des communautés,
  • répondre à des besoins de pérennité de ces infrastructures,
  • découvrir les données des autres acteurs de l’écosystème,
  • répondre aux enjeux de visibilité des données françaises au niveau européen et international en se connectant à EOSC.

Le CNRS participe aux divers ateliers de la données labellisés

Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, a félicité toutes les parties-prenantes de Recherche.data.gouv qui ont relevé le challenge de réaliser la plateforme en moins d’un an, ce qui a été possible grâce à la participation de l’INRAE et de nombreux partenaires.

  1. Développer une culture du partage et de la gestion des données basé sur les principes FAIR
  2. Se doter d’un plan des données de la recherche lancé en 2020 qui s’appuie sur une gouvernance spécifique

La direction des données ouvertes de la recherche (DDOR) qui réunit les problématiques de la science ouverte, de calcul intensif et des données de la recherche. Permet de travailler en prenant en compte des spécificité des disciplines, et sur la gouvernance transverse des données.

Les cas d’usage permettent d’acculturer toutes les chercheuses et chercheurs.

Positionnement de 5 grandes infrastructures dans l’écosystème sous tutelle du CNRS:

  1. Centre des données astronomiques de Strasbourg
  2. Data Terra
  3. IFB
  4. Huma-Num et Progedo
  5. IN2P3

Co-Pilotage 2 centres de ressources:

Hélène Boulanger (présidente de l’université de Lorraine)

Collectif de collègues qui fédèrent les dynamiques des sciences ouvertes qui font muter des activités de recherche et d’enseignement

création de HAL univ Lorraine
création d’un comité publication et données
création d’un entrepôt des données lorrain (DOREL)

Travail conjoint avec le réseau national animé par Isabelle Blanc, Administratrice ministérielle des données, des algorithmes et des codes sources (Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation)

une université toute seule ne peut pas porter une telle transformation d’où l’importance de mutualisation.

les équipes ont intégré cette démarche collective pour faire avancer ce sujet d’intérêt commun

compatibilité des dispositifs DOREL et recherche data gouv avec en vue une intégration complète pour 2024.

Isabelle Olivier (vice-présidente “Numérique”, université Grenoble-Alpes)

  • mise en place commission science ouverte
  • élaboration d’une charte science ouverte
  • schéma directeur et cellule data Grenoble Alpes pour accompagner les labo qui s’appuient sur des référents (70% des labos ont un référent)
  • échanges fructueux entre universités qui a conduit à la formation d’un réseau thématique
  • UGA a fait le choix d’arrêter le déploiement de sa plateforme local pour rejoindre la projet national recherche data gouv
  • choix fait de favoriser l’accompagnement des communautés de recherche par voie de la cellule
  • choix récompensé par la labellisation Atelier de la donnée

Rémi Barillon (Vice-président Recherche, formation doctorale et sciences ouvertes, université de Strasbourg)

  • Programme propre de science ouverte depuis plusieurs années et plateforme publication local interopérable avec HAL
  • Tout ce qui avait été fait au niveau local a pu être valorisé
  • lancement d’ateliers de la données labellisés
  • l’aspect formation est important car les changement de pratiques en dépendent et permettra d’avancer dans l’interdisciplinarité par le partage de données entre disciplines
  • sans les services de support à la recherche, ce travail ne sera pas possible

Sylvie Retailleau (ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation)

  • Ambition forte pour la science ouverte depuis le premier plan national pour la science ouverte en 2018
  • dans le cadre la PFUE
  • conseil de la compétitivité de la recherche a voté à l’unanimité les conclusions de la science ouverte par 3 transformations :
    • évaluation
    • l’édition scientifique
    • le multilinguisme
  • obligation d’ouverture des données de la recherche publique (loi Rep Num 2016)
  • garantir l’honorabilité et la reproductibilité pour une science de confiance
  • la crainte d’être pillé est réelle dans certaines communautés
  • l’ouverture permet une meilleur visibilité et un rayonnement augmenté
  • l’ouverture est valable autant pour les recherches fructueuses que “infructueuses”
    –> quelque chose que l’on pourrait apprendre à valoriser en termes d’évaluation
  • le ministère à pour ambition d’accompagner à cette transformation avec le 2ème PNSO
  • stratégie de mutualisation des couts et des efforts
  • s’articule avec la politique pour les données, codes sources et algorithmes
  • répondre aux besoin d’accompagnement des chercheurs et des services aux équipes de recherche
  • recherche data gouv formalise ce qui se faisait déjà dans certains établissement, mais fédère, structure et devient un point d’accès pour toute la recherche française
  • faciliter l’appropriation par les ateliers de la données : 6 ateliers de la données déjà labellisés
  • recherche data gouv offre un entrepôt à toutes les disciplines, surtout celles qui ne possèdent pas d’entrepôts thématiques
  • GIS URFIST engagé dans les actions formation proposent aussi des parcours de compétences
  • CNRS engage son expertise en diffusion de données de la recherche
  • Recherche data gouv est une pierre angulaire de la stratégie national à vocation européenne

[Archive] Entrevista con Daisy Rubiera Castillo del 9 de julio 2010

Le contenu ci-dessous est issu d’un entretien effectué dans le cadre d’une thèse doctorale. A la demande de la communauté scientifique il est diffusé ici sous licence CC-BY-SA. Les citations attribuées à Daisy Rubiera sont entre guillemets.

Comment citer cet entretien ?

Daisy Rubiera, propos recueillis par Maya Anderson-González le 9 juillet 2010, La Havane, Cuba. Consultable en ligne, Maya Anderson-Gonzalez’s Humanities Commons blog, publié le 16 juillet 2022.

Contenu de l’entretien / Interview content / Contenido de la entrevista

Material audiovisual:

  • un reportaje de 10 minutos que se hizo en marzo de 1997 para la televisión cubana en la ocasión del premio Casa donde sale la misma Reyita contestando las preguntas de una joven periodista blanca. Repite lo que se halla en el libro pero se siente más profundo por ser su voz en vivo. Daisy también sale entrevistada. Usa las palabras “batallar,” “luchar,” y “sobreponer” para describir la vida de su madre. Reyita sale diciendo que “Hoy en día, las mujeres tienen menos complejos, los padres tienen más confianza en sus hijas…”
  • un largometraje documental de una hora y media hecho en el 2006 por dos españolas Elena Ortega y Olivia Acosta. El documental sigue el orden cronológico de la vida y también de la novela testimonio, pero profundiza en muchos temas por la multitud de voces que contribuyen al esfuerzo de reconstrucción que es la memoria. No solamente se oye la voz de Reyita sino también las voces de todos sus hijos y muchos de su familia. Da una perspectiva múltiple y más matizada de muchas cosas que cuenta Reyita en su testimonio. Al hablar de la discriminación racial que sufrió en su juventud y de la esperanza que tenía de volver a Africa, Reyita dice que “me sentía Cubana pero me sentía desfraudada.” Cuando comparte sus criterios sobre el hecho de haber querido un marido blanco para no tener hijos negros, dice Reyita que le pidió a la virgen que le consiguiera “un hombre que no sea un blanquito cualquiera.” Esta terminología me sorprende en la medida que no sale para nada en el libro y tampoco parece representar la forma en que realmente apreció/quiso a su esposo. Será revelador de un pensamiento distinto? de una terminología común en Cuba? Valdría la pena preguntárselo a Daisy. Además que más adelante en el documental dice Daisy que “en una etapa eran felices, en una primera etapa.” Al hablar de la incorporación de la mujer en el movimiento revolucionario, Daisy o una de sus hermanas (no se ve quien habla) dice que “fue difícil incorporarse al movimiento de las mujeres porque mi papá no nos dejaba ni mover.”

Al acabarse los documentales, le pregunté a Daisy si sentía que el testimonio de Reyita había unido más a la familia. Me contestó que la publicación del libro había sido importante en la medida que reveló cosas que hasta entonces no se sabían. En otra medida, dos de sus hermanas se habían ofendido en un principio por la forma en que Daisy supuestamente representaba a su padre. Y por último había logrado reunir el lado blanco con el lado negro de la familia. A medida que fueron muriendo las personas que más prejuicios tenían, la familia de Rubiera se alegró conocer al lado de la familia de Reyita, y que fueran tan numerosos.

Hablando del testimonio en general, Daisy dice que “para avivar la memoria el testimonio es la mejor opción.” Su criterio es que “el testimonio es más vivo”, que es “una manera de ver la vida”, y “sobre todo [que] la mirada de las mujeres es más abarcadora.”

Luego hablamos un poco de cómo venía haciendo sus proyectos. Daisy trabaja sola, sin recursos. Su meta es visualizar a la mujer negra a través de la recopilación de distintos testimonios de mujeres negras de todas las generaciones. Hace su trabajo y cuando lo acaba lo propone para publicación en Cuba y si le dicen que no, ella busca la forma de publicarlo en el extranjero.

Antes de irme le anoté las siguientes preguntas para que ella me las respondiera por escrito y me las mandara por email:

1/ Me puede hablar sobre la relación entre lo oral y lo escrito en su trabajo?

2/ Para usted, el testimonio reside en las historias que le cuentan o en lo que usted trasmite por escrito al lector?

3/ En nuestra primera conversación dijo que Reyita tuvo todo tipo de lector.

  1. Un testimonio tiene un lector ideal?
  2. Cambia el mensaje de un testimonio con cada nuevo lector?

4/ Cree que un testimonio depende de o produce un vínculo entre lo personal y lo político?

[webinar notes] RISIS ETER Dataset: data and indicator needs for the European University Initiative



Policy Brief, Issue 11/The European University Initiative from the perspective of data and indicators. Evidence from ETER DATASET

General presentation of EUA

Yann-Maêl Bideau DG EAC

Alliances for innovation in the HE&R sector

each alliance is different and test different models of european models

4 flagships: broader the uropean univerity initiative to 60 alliances by mid-2024

budget 1 billon euros from Horizon 2020-2021 + HOrizon EUrope

  • going beyond existing partnerships
  • the last erasmums+ call closed in Marsh 22
    • 52 proposals from accross europe

flagship : possible legal status , joint degrees

need: monitoring tools to advise +build strategies

HE&R monitoring tools : Euro grauates, euro rank and ETER

data focused HE&R sector observatory : https://www.eoslhe.eu/ ?

streamlining synergies between kowledge anlaysis tools

  • monitor the implementation od the stategy (inclusion, emplybailities, progess in digital an green skills)
  • support data needs of HE&R institutions + upgrading thier intellgence, mess burdensome data collection
  • promote competitiveness of HE1R in EUorpe + strengthen performance

A mapping study will be launched to determine data needs linked to the EU univeristy is needed
what indicators are missing?

the study will run unti the end of the year


ETER Dataset

Andrea B. (univ pizza, founder of the european tertiary education register (ETER))

micro-data on HE&R : at the level of individual institutions

EUropean University initiative(EUI) : data already avaialble and the missing indicators needed to follow the long terme evolution of the evolution of HE1R in EUrope.

Profile of member EUI institutions: data on university size, subject, research orientation (number of phds), internationalization
– the most complete data in ETER is given by students
– the percentage of extended STEM is roughly the same in member as in non-member universities –> the alliance has been able to attract students regardless of background
– no data on publications, but could be integrated
– number of PhD students is considered a measure of research intensity –> the toal number of PhD students enrolled in universities in alliances exceeds the students enrolled in non-member universities –> member students are engaged in long-term transformation of society through research and innovation
– the presence of foreign students is larger in universities members of alliances

what could be done? Large opportunity to combine data

geographical level anlysis
intra-alliance analysis
integration with other data (publications)

linked ETER data with EUI data

The Policy brief is available here👉https://www.risis2.eu/2022/05/26/risis-eter-dataset-data-and-indicator-needs-for-the-european-university-initiative/

Roundtable

How do you interpret the evidence on differences and similarities between universities?

What kind of indicators would you need?

Michael Murphy (EUA president)

the importance of bringing data into one place for efficiency
autonomy score card : provides info about the conditions under which universities work and promote collaborations between EU universities –> currently being updated
countries have been doing several things:
allowed the use of more English
updating accreditation process
:warning: governance is a throwing up challenges currently that need to be adressed
project NewLead on university leadership capacity in Europe

It comes as no surprise that:

  • universities in the alliance are larger (3 times larger), because of the ressources it takes to particiapte.
  • that research intensive institutions collaborate more (because of better insentives historically, like Erasmus)
  • about discipline mixity : the university sector operates in an integrated space between research, innovation, but administratively this has been hard to take into account
  • it’s a big strategic decision to engage in an alliance, so when there is already a history of international partnerships it’s easier

Ben Jongbloed

the integration is being explored between 2 databases using an institutional identifier to link the data to combine multi-rank data with eter data

the eter data is mostly focused on input data (descriptive) but if you combine it, you get a richer picture of the institutions in and out of the alliances

diversity is more than taking a look at the averages of both groups : other measures of dispersions should be looked at to see other differences between them

the data we saw was only from PhD granting institutions : this is strange because there is more to EU HE1R institutions –> that would be another way of showing diversity

we could also look at the differenecs within the member group :

evaluating the alliances has t obe done according to their different goals, which depend on the alliances

they could then be compared to non-member institutions to see if the EU funding had an impact on the alliance institution

what have the institutions achieved using the EU funds? is that achievement based on the fact that they are working together in an alliance? when do we have to start measuring that performance?

integrating qualitative data could be an opportunity for the future when we’re asked to evaluate these HE&R alliances.

Sebastian Stride

data tends to benefit the wealthy –> for smaller alliances they had a harder time because they had less resources
this is a serious point because data such as publication networks can lead to favoring leading institutions
ex : eastern european institutions

one size fits all doesn’t work for data or alliances
the rectors of these universities publically support these alliances but they look to the shangai ranking not eter (which is a political value)
however, with consistent data over 5-10 years alliances can better track their progress
comparing data requires shared semantics –> a huge problem in EU

a general propsal : a two-track university alliance approach
one that allowed universties to be members of many alliances
one than is more resticted to a more transformation al alliance that aims to replace existing process by an integrated eu-level one

in teh first case, classical datasets can be used to evaluated and comapre performance
in the second, theese are of litte relevance because the structures would be truely inrtegrated and obtaining funding in non-competitive mecanisms

data is only useful if it can be compared (alligning semantics)
comaprison is counter productive is it used to stnadardise practices between eu univeristies

Q&A

Emily Palmer

Ludovic Thilly, Coimbra Group

groups like EU WAY have high-level interactions have created a new type of alliances that are complementary

M. Murphy

th EU is pursuing the concept of “distributed excellence”, committed to ensuring that all parts of Eu are successful as opposed to the US. We must measure and demonstrate that it is working. ideally we would have a randomized control trial, but we can’t.

[Publication] “Race, Gender, and Sexuality in Cuban Digital Culture”

Afro-Latinx Digital Connections, E. Arriaga & A. Villar (Eds.), University of Florida Press, 2021

It was an honor to contribute to Eduard Arriaga and Andrés Villar’s edited volume Afro-Latinx Digital Connections with a research article on Cuban digital culture, and to present it at LASA a few weeks ago! You can find more information about the book on the editor’s blog.

[Perso] Une anecdote

Je vais commencer ma présentation par une anecdote. mon fils aime beaucoup l’histoire des trois petit cochons en ce moment. Il aime tout particulièrement entendre la partie de l’histoire où le troisème petit conchon construit sa maison en brique. Il sait que les maisons en briques sont solides et qu’lles résistent au souffle destructueur du loup. Ca le rassure beaucoup.
Pourquoi je vous raconte cela?
Parce qu’on a appris dès le plus jeune âge à se représenter notre raisonnement comme un édifice, que l’on construit petit à petit et que si on choisi le bon matériel, le raisonnement sera assez solide pour résister à la destruction. Il deviendra un résultat qui pourra même servir à d’autres petits cochons par la suite.

Cette démarche qui consiste à poser des briques constitue le modèle de recherche dont nous allons vous parler aujourd’hui. Seulement, au lieu de nous intéresser à la maison et à sa solidité rassurante, nous allons parler des briques, de ce chacune peut apporter, même si ce n’est pas tout à fait rassurant. 🙂

Photo by MissMarvel50sWorld – Own work, CC BY-SA 4.0

[Conference Notes] Sensibiliser au plan de gestion de données (GTSO-Couperin)

Le groupe Données du GTSO-Couperin a organisé un cycle de visioconférences à destination des professionnels de la documentation et de l’information scientifique et technique:

5/11/2020 : “Données de la recherche et services de documentation : où en est-on ?”

1/12/2020 : “Les enquêtes au sujet des données de la recherche”

26/1/2021 : “Sensibiliser au plan de gestion de données

J’ai eu la chance de pouvoir assister aux deux premières interventions, pendant lesquels j’ai pris des notes que je partage ci-dessous 😉


Sensibilisation aux plans de gestion des données

Conférence animée par Stéphanie Cheviron (Université de Strasbourg) et Sophie Giraud (CEA)

L’accompagnement des chercheurs aux données à l’Université de Lorraine, une affaire d’équipe – Laetitia Bracco (Université de Lorraine)

  • L’Université de Lorraine s’est dotée d’un comité opérationnel des données de la recherche commun à plusieurs directions (documentation, numérique, recherche…) qui accompagne les chercheurs sur tous les aspects liés aux données. La formation au PGD en est un axe principal.

Notes: Continue reading

[Tools] a work in progress…

https://leafletjs.com/

LODEX

ourresearch

openknowledgemaps.org

dimensions.ai

https://tos.coreofscience.com/

https://infranodus.com/

http://www.squash.ulg.ac.be/logiciels/

https://hypertopic.org/cassandre

https://en.arguman.org/

https://graphcommons.com/

https://www.quadrigram.com/

https://medialab.sciencespo.fr/outils/

https://www.datawrapper.de/

https://metaindex.fr/webapp/welcome

https://wiki.digitalmethods.net/Dmi/ToolDatabase

https://www.laurenceanthony.net/software/antconc/

https://github.com/pournaki/twitter-explorer

www.rekall.fr/en/

http://www.metopes.fr/metopes-outils.html

https://excalidraw.com/

workbenchdata.com

Visualisation

tutoriels pour visualiser un réseau Twitter sur Gephi:

tuto labels

tuto communautés

tuto avec indications pour export vers Sigmajs

autre tuto avec indications pour export vers Sigmajs


Reproductibilité

https://hpc.guix.info/blog/2019/10/towards-reproducible-jupyter-notebooks/

RISE, a Jupyter notebook extension, you can instantly turn your jupyter notebook into a live reveal.js-based presentation.


Scrapers:

Twitter libraries list

Gazouilloire

Twarc

R package ‘twitteR’

TCAT

Tweepy

Talend

Twitter explorer

extractify is a free extension for Chrome, developed in JavaScript under Bracket, whose purpose is to scrap structured data on the web. It is particularly designed for collecting online comments or online conversations such as forums.


Scripts:

How to get follower count using tweepy

https://github.com/aspiringguru/twitterDataAnalyse

https://github.com/c24b/openscience4S/blob/master/Cartographie%20des%20comportements%20des%20electeurs.ipynb

https://github.com/briatte/awesome-network-analysis

https://wesslen.github.io/twitter/twitter-get-followers/

Pandas Profiling generates profile reports from a pandas DataFrame. The pandas df.describe() function is great but a little basic for serious exploratory data analysis. pandas_profiling extends the pandas DataFrame with df.profile_report() for quick data analysis.

Objected Oriented Programming¶ — A Python Course for the Humanities by Folgert Karsdorp and Maarten van Gompel


Tutoriel pour scraper le Web (Wakelet?):

https://medium.com/@bertacaro1996/web-scrapping-tutorial-b7f7bd509348

ExplodingAColumnIntoMultipleCells.ipynb
https://gist.github.com/sureshsarda/00c3b7423ea7b6cba4250a719d6b7424


Idée ressources:

The DH Literacy Guidebook

MIT’s Digital Humanities : Tools and Resource Recommendations

Using Twitter as a data source: an overview of social media research tools (2019)

Wakelet


Text Analysis:

TAPOR: the Text Analysis Portal for Research.

  • onglet Natural Language Processing à explorer

AntConc : A freeware corpus analysis toolkit for concordance and text analysis.

Tutos Youtube : https://www.youtube.com/channel/UC5bgZtdgKyj5un66ZOGGN2A

Rtemis est un environnement graphique de travail sous R permettant de créer, manipuler et analyser des corpus de textes. Le projet R.TeMiS se décline en une série de paquets R, dont deux s’adressent directement aux chercheurs en sciences sociales

Paper Machines is a plugin for the Zotero bibliographic management software that makes cutting-edge topic-modeling analysis in Computer Science accessible to humanities researchers without requiring extensive computational resources or technical knowledge. It synthesizes several approaches to visualization within a highly accessible user interface.

Linkage Linkage allows you to cluster the nodes of networks with textual edges while identifying topics which are used in communications. You can analyze with Linkage networks such as email networks or co-authorship networks. Linkage allows you to upload your own network data or to make requests on scientific databases (Arxiv, Pubmed, HAL).